VIVIANE THIL CHEVALIER DU BOIS

 

DIEU – L’AU-DELA

  LA  MORT  N’EST  PAS  LA  FIN DE TOUT

 

 

ALORS JE CHERCHE…                                                                                                   

 

 

 

Je cherche un fil conducteur pour vivre plus sereinement une vie bonne et heureuse, et surtout sans peur ; parce que la peur quasiment universelle de la mort est ce qui engendre la peur de tout le reste ; de plus, sachant qu'il n'y a que très peu de temps à vivre, certains mettent les « bouchées doubles » et veulent tout, tout de suite, ce qui engendre des conflits !  Alors j'ai souhaité réunir dans ce livre quelques quintessences de ce qu'il y a de plus ré-enchanteur dans la plupart de nos principales sources de connaissance à savoir : nos textes sacrés anciens, nos philosophies, notre grande littérature et nos dernières découvertes scientifiques d'avant-garde, sur les sujets suivants concernant l'au-delà de la vie terrestre :

 

 

 

MORT -RESURRECTION - RENAISSANCE -  IMMORTALITE -  VIE ETERNELLE -  INCARNATION - RE-INCARNATION -  EMI (Expériences de Mort Imminente)

 

 

 

À vous, lectrices, lecteurs de prendre le relais à votre tour pour trouver peut-être ce que vous cherchez vous aussi ? Car si ce livre n’offre pas de réponses définitives, je pense que vous y trouverez tout de même des pistes intéressantes qui peuvent nous réconforter un petit peu... Un petit peu, c'est mieux que rien du tout !

 

 

 

En revanche, je vous précise que ce livre est surtout constitué de nombreux versets, citations, extraits de livres, de revues, etc… car moi seule, je ne sais pas quoi dire au juste sur la vie après la mort, à part mon intime conviction : je crois profondément que tout ne finit pas avec la grande « faucheuse » ! Mais, évidemment, cela reste une question de foi ! Cela vous sera peut-être lassant de lire toutes ces citations, mais c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour être crédible ; mes recherches consistent donc à vous faire part de ce qu’il y a de plus positif parmi les nombreux écrits sur ce sujet brûlant ! En effet, ces nombreux Prophètes, Initiés, Guides spirituels, Sages et scientifiques d'avant-garde ont tous des « choses » à nous dire pour vivre mieux et mourir en ayant moins peur et ce n'est pas rien !  J'ai trouvé tellement de choses encourageantes dans tous ces écrits que j'ai eu envie de les partager avec les lecteurs passionnés par ce sujet. Alors, quand vous lirez le nombre impressionnant de pensées positives et réconfortantes concernant l'après-vie, qui ont été formulées à toutes les époques et ce, dans le monde entier, vous pourrez vraiment vous étonner et vous demander s'il n'y a pas un fond de vérité : c'est une somme considérable d'écrits qu'on ne trouve pas réunis dans ce qu'on a l'habitude de lire, ni d'écouter dans les médias. Tous ces grands auteurs, ces différentes traditions, ces chercheurs, ces témoins, nous affirment tous la même chose comme une évidence qui s’impose à qui cherche à savoir : tout ne finit pas avec la mort !!!

 

 

 

Personnellement, j'ai été littéralement époustouflée en lisant toutes ces différentes sources de ré-enchantement sur ce sujet ; je m'aperçois ainsi qu'il n'y a pas que la foi qui aide, mais qu’il y a aussi une sorte de « raison universelle » et d’« intuition collective » ; et cela laisse une porte ouverte à l’enfermement dans le désespoir que nous apporte le matérialisme athée pour qui le seul dieu qui existe est le dieu «MATIERE». Tout n'est peut-être pas irrémédiablement « fini » après notre court passage sur la terre ?  On appelle souvent la mort « la grande faucheuse », mais quand on fauche, les graines ne repoussent-elles pas après ?

 

 

 

Et ce qu'il y a de plus ré-enchanteur, c’est le fait que les promesses de ces textes religieux qui parlent de résurrection, de vie éternelle, d'immortalité, s’accordent à ce que les scientifiques nous révèlent sur notre conscience, qui, tout en étant reliée au cerveau, est aussi indépendante de celui-ci... et ne disparaît peut-être pas définitivement avec la mort !

 

 ALORS POUR MOI, JE CONTINUE DE CHERCHER, ET VOUS ?...

 

 

 

AVANT-PROPOS:

 

 

 

POURQUOI MOURONS-NOUS ?

 

  « Pourquoi faut-il que les gens meurent ? Est-ce-que tu trouves ça juste ?

 

- Non, c'est pas juste ! Mais il y a une raison pour la vie et il y a une raison pour la mort. Bien sûr, on ne connaît pas encore cette raison et on ne la connaîtra peut-être jamais, cela fait partie des mystères de l'Univers.

 

- Eh ben ! C'est un mystère complètement stupide ! Puisque de toute façon, il faut qu'on meure, pourquoi on vient au monde ? Qui a décidé que ce serait comme ça ? » (entendu dans un film contemporain).

 

 Comme l'écrivait si justement EPICURE (341-270 avant Jésus-Christ) dans sa lettre à Ménécée,

 

  « Le plus effroyable de tous les maux, la mort (…) »

 

 Ben oui ! Évidemment ! Cependant, la suite de sa citation n'est guère plus encourageante, car personne au monde n'est ni si sage ni si philosophe au point de voir cette réalité en face ; voici donc la suite :

 

 « (…) la mort n'est rien pour nous. Puisque tant que nous vivons, la mort n'existe pas. Et lorsque la mort est là, alors nous ne sommes plus. »

 

 Il me faut vous confesser qu'à la suite de mes lectures sur tout ce qui touche à la mort, j'ai maintenant un peu moins peur ; mais auparavant, j'avais une peur panique au point de ne pas pouvoir prononcer le mot, de ne pouvoir aller aux enterrements, de ne pouvoir parler d'aucune des choses qui ont trait à cette ... MORT ! (je pense que beaucoup de personnes se retrouveront dans ce schéma là... et j'avoue que j'ai encore du mal à aborder sereinement le sujet !!!)

 

 Au moins, à présent, j'arrive à en parler puisque j'ai décidé de faire le point en écrivant ce que j'ai appris au cours de mes lectures.

 

Voici l'explication de ma peur panique : quand j'avais environ 4 ou 5 ans, une dame très âgée, amie de ma mère, me gardait très souvent, et je l'aimais beaucoup : Elle s’appelait MARIA, ma MARIA !!!

 

Maria avait cette cuisinière à charbon (d'dans l'temps !), avec le robinet tout brillant qui dépassait de la vieille carcasse en fonte noire ; je me rappelle d'elle, toute menue, toute gentille, toute douce, drapée dans une petite robe noire avec des bas noirs : c'est le souvenir que j'en ai gardé, gravé en moi comme si c'était hier... Et puis, un jour, le drame : Maria est tombée devant moi en se cognant certainement la tête sur le robinet de sa foutue gazinière ; elle est morte devant moi... après, c'est le trou noir dans ma tête de petite fille de 4 ou 5 ans... la suite de l'histoire, c'est ma mère qui me l'a racontée : je me suis retrouvée hors de la maison de Maria et j'ai donc dû raconter ce que j'avais vu ?

 

 

 

Mais ma mère (pour me protéger de ce drame) ne m'avait pas tout dit : elle m 'avait caché la mort de Maria en me racontant qu'on la guérissait à l'hôpital. Évidemment, je l'ai cru pendant plusieurs années. Je lui demandais tout le temps « Où est Maria ? Je veux la voir ! ». Et en grandissant, l’évidence s’est imposée, j'ai compris toute seule que je ne reverrai plus jamais Maria, et c'est moi qui ait prononcé les mots fatidiques : « Elle est morte, n'est-ce-pas ? »

 

 

 

Et voilà comment le drame de ma Maria est devenu MON drame. Le médecin de l'époque a prononcé son verdict : « Elle sera toujours traumatisée par l'idée de la mort ! »

 

 

 

À présent, pourtant, beaucoup moins ! Car depuis, j'ai appris un tas de choses fort intéressantes grâce aux lectures des Sagesses ancestrales et à ce que nous apprennent nos scientifiques et médecins d'avant-garde... Alors je sais maintenant que je retrouverai Maria, cette petite bonne femme toute menue, toute mince, toute frêle, tout habillée de noir, noir comme cette foutue cuisinière à charbon ! Elle est comme cela dans mon souvenir ma Maria... en plus, quel joli prénom ! Maria, je t'aime ! À bientôt ! *

 

 

 

 

*En relisant aujourd'hui ce texte pour correction, je viens pourtant de fondre en larmes ; je ne m'y attendais pas du tout ; ce qui est une preuve pour moi que ce moment de vie a profondément été inscrit dans mon corps par l'émotion encore présente, après environ soixante-quatre ans... et pourtant, j'ai écrit ce souvenir d'un seul trait et je ne l'avais pas relu depuis environ six mois jusqu'à cet instant :  il est 14 heures 40 et nous sommes le 3 décembre 2018.

 

 

 

INTRODUCTION

 

 

 

L'AU-DELA, C'EST QUOI ?

 

 

 

Définition : Au-delà, du latin « illac » qui signifie ouverture à l'autre monde ou plus loin que la limite ; donc plus loin que les limites de notre monde ; hors du monde connu. Il implique donc une autre réalité différente de la nôtre, située hors de notre espace, de notre temps et de notre vie présente.

Une réalité immatérielle d'un autre ordre, décrite par des traditions millénaires tout au long de l'histoire ; exemples : le Paradis du monothéisme (Royaume de Dieu), le Walhalla des religions nordiques (qui signifie le lieu qui se trouvent au sein même du Royaume des Dieux) etc…

à suivre....

 

Pour ceux qui souhaitent découvrir

LE PREMIER LIVRE de VIVIANE:

Il était une fois un Monde Invisible....

Un message d'espoir pour nos temps d'Apocalypse

 

Viviane est née dans le monde des gens du voyage, des forains, des gitans, sa pensée s’est ouverte ainsi sur le grand espace du monde, tout en gardant un grand respect des traditions, en particulier spirituelles et religieuses.

 

Sa destinée personnelle lui a donné l’occasion de poursuivre, par correspondance, des études, et de développer une grande curiosité intellectuelle. Une vocation s’est révélée très vite, celle de vouloir comprendre le monde, et la place de l’homme dans celui-ci. …

Ce livre n’est pas une profession de foi, ni une étude savante, mais le témoignage d’une femme d’aujourd’hui, qui s’interroge, va chercher à toutes les sources et ressources spirituelles et scientifiques, et découvre des voies de résolutions aux difficultés de notre temps et aux inquiétudes légitimes sur l’avenir de notre Terre et de notre humanité, aussi bien qu’aux questions fondamentales que tout homme doué de raison se pose sur sa condition humaine…

Le livre de Viviane Thil est éminemment précieux et bienvenu, dans les temps difficiles que nous vivons.

 (extrait préface de Martial Maynadier)