CAFE VIRTUEL DU SAMEDI 28 MARS RENCONTRE D'AUTEURS

CHERS AMIS  COMME NOUS NE POUVONS NOUS REUNIR, j'ai collecté les textes que vous m'avez envoyé cette dernière semaine et nous les présentons ici:

 

CAFE POETIQUE NUMERIQUE D’EVREUX

RENCONTRE D’AUTEURS

SAMEDI 28 MARS 2020

 

 

 

 

                                                     LE GRAND ATELIER   -

 

ATELIER OUVERT DU PARC proposé le 20 mars 20

 


LES TEXTES REÇUS

Sont présentés

Dans l’ordre de réception


 

Table des matières

 

CLAIRE MARTIAL DE  la région de LYON.. 4

PATRICK BALADIN DE REUILLY (EURE) 6

MARIE-CHRISTINE GUIDON DE PUTEAUX.. 7

ANNICK MARC  GRAVIGNY (EURE) 8

SYLVAIN JOSSERAND(LES ESTABLES HAUTE LOIRE) 99

CLAUDE HARDY   PONTAUDEMER  (EURE) 10

CHRISTIAN PICOIS   EVREUX.. 11

JEAN PATRICK BEAUFRETON   (EURE) 12

On n’est pas sortis de l’auberge. 13

ALEXANDRE GHANEM  Toulouse .15

BRIGITTE SOBRINO   (Eure) 16

ZORA BERRAYAH  (Eure) 17

MARTIAL GESLAN   GLISOLLES (EURE) 18

MARTIAL MAYNADIER…(ARRAS)…19

BARNOLE  Clamecy. 20

EDITH DAMBRINE     LE NEUBOURG  (EURE. 21

AGNES K. BRAMS     PARIS. 22

MARIE SUBRIN  (BEAUJOLAIS)…23

MONIQUE MA SŒUR…Paris.24

RENÉ LABELLE QUÉBEC…25

MICHELLE CHEVALIER     (Évreux) 26

DANIELE DAVOUST    (Melleville- Eure) 27

MICHEL LOUVEL   Pont-Audemer 28

SYLVIE GESLAN   Glisolles  Eure. 29

MICHÈLE FAYARD    DE VILLEURBANNE. 31

ANNE-MARIE CANLORBE   EVREUX.. 32

D’ADRIENNE GARNIER Poésie et Nouvelles en Normandie. 33

MOUSTAPHA DAHLEB TCHAD, 34

BARBIER PHILIPPE Villabé. 35

MARY VALLETTE Lyon et Ardèche. 36

DOMINIQUE DODEFROY   Evreux 36

PIERRE EFFRARAS Poésie et Nouvelles en Normandie. 38

KHAREN DELL’ARCIPRETE ABBRUZO.. 39

CHRISTIAN 98   (un ami de Poésie et Nouvelles en Normandie) 40

GUSTAVE FLAUBERT – MALTE41

MONIQUE MAYNADIER PARIS. 42

ZAHIA DEBBAH   EVREUX.. 43

 

 

 


 

 

CLAIRE MARTIAL DE  la région de LYON

 

Ensemble, c’est tout.

 

Respirer. Respirer l’air, de la mer pas loin, de la montagne. S’installer dans l’air, rien d’autre. L’air a une couleur, la couleur du ciel, mais pas que. L’air est caméléon. L’air a une odeur aussi, selon ! Filtre d’amour, de tristesse, de peur, de solitude....

Ainsi s’envolent les pensées de John, calé sur sa chaise longue, in the sun.

Prendre le temps d’observer ce que je vois devant moi, rien d’autre. Un champ de blé , épis jaune paille, serrés les uns aux autres, fragiles et robustes en même temps, l’union fait la force. Promesse de récolte abondante. La montagne noire, de forêts, de chemins, de rochers, de ruisseaux. Rempart naturel, ligne de démarcation.

Ainsi s’envolent les pensées de Jane, calée sur sa chaise longue, in the sun.

Capter les rayons du soleil, se réchauffer, rien d’autre. Ma peau se nourrit de Lui, une chaleur presque brûlante. Haut dans le ciel, le soleil m’enveloppe, écharpe astrale, onde vitale, promesse de guérison.

Ainsi s’envolent les pensées de Donald, calé sur sa chaise longue, in the sun.

Sortir de ma chambre, m’installer dehors, rien d’autre. Autour de moi, les autres. Je redoute la promiscuité. Qui sont-ils ? Le silence règne à l’unisson. Les respirations s’accordent, les gestes sont ralentis, les parfums envahissent, colorés à l’image du paysage alentour. Qui sommes-nous?

Ainsi s’envolent les pensées d’Hillary, calée sur sa chaise longue, in the sun.

Terminer de lire ce bouquin, rien d’autre. Tragique saga d’une famille juive décimée pourtant promue à un brillant avenir. Destins implacables, mort annoncée, apocalypse now. Je n’aime pas lire au grand air, mais j’ai promis. Je ne vais pas tarder à rentrer.

Ainsi s’envolent les pensées d’Edward, calé sur sa chaise longue, in the sun.

 

                        Claire Martial / Jour 4 des évadés / Lyon Mars 2020

 

 

 Edward Hopper a peint ce tableau en 1960  “ People in The Sun “

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pince mi et pince moi sont tapis dans leur bateau

Chante mi et chante moi sont trempés sous la pluie

Chauffe mi et chauffe moi sont cuits dans le four

Dors mi et (en)dors moi sont serrés sous leur lit

Perds mi(s)et reprends toi sont angoissés sur leur side-car

Confie mi et confie toi sont conduits au confessionnal

Brise mi et brise moi sont gelés sur la banquise

Chausse mi et chausse moi sont à l’affût dans les trous de chaussettes

Sauve mi et sauve nous sont seuls dans le désert

Frotte mi et frotte moi sont accroupis sur le dos du hérisson

Croque mi et croque moi sont nus derrière le paravent

Rime mi et rime moi sont perchés dans le quatrain

File mi et file moi sont confinés dans la laine du mouton

Régale mi et régale toi sont planqués dans le caviar

Étonne mi étonne moi sont en équilibre sur une balancelle

Crache mi et crache moi lui dit le lama péruvien

Vole mi et (en)vole toi pense la montgolfière à l’arrêt

Grimpe mi et grimpe moi propose le chat pervers à la souris

Écris mi écris moi griffonne la plume dans l’encrier

 

CHERCHE MOI  ET TUE MOI hurle le virus insaisissable.

 

                                 Claire Martial / Jour 10 des Évadés / Lyon Mars 2020


 

 

 

PATRICK BALADIN DE REUILLY (EURE)

 

L’épopée                                                                                      

 

Il est temps  ‘’oyez Du Bellay’’                                                                                                           

De remettre un coup de balai                                                                                                              

De refaire un brin de ménage                                                                                                           

Dans ce pathos  - pauvre Littré -

D’analphabètes et d’illettrés

Ce jargon ce baragouinage.

 

Dans ce charabia de passage

Signe d’un mauvais repassage

Digne d’un faux plis  d’outre-manche

Appauvri ce vocabulaire

Désacralisant mine et l’air

De rien du repos nos dimanches.

 

Et tant pis pour les polyglottes

Pour handicapé de la glotte                                                                                                                                                           

 De la langue et de la parole

De chanter Français ce complexe                                                                                           

Généalogique et implexes                                                                                                                

Du pouding aux profiteroles.

 

Ces happy birthday mes poupées                                                                                                  

Plein la bouche… mais quelle épopée                                                                                        

 A réveiller bien des copistes                                                                                                              

Enfin preuve de décadence                                                                                                            

Ces week-end ou même en cadence                                                                                           

 Je n’irais jamais sur la piste.

 

Incompréhensible à l’envers

Ce besoin mais gare au revers

Littéraire de la  médaille                                                                                                       

D’employer les mots de façon                                                                                                        

 A faire de la contrefaçon

Tout en causant de truandaille.

 

Ce mépris de la négritude                                                                                                                

Au-delà de  l’ingratitude                                                                                                                  

Vis-à-vis de notre grammaire                                                                                                                           

Cher Aimé Césaire de nature

A provoquer via l’écriture

Ces douleurs en nous bien mammaires.

 

Afin que dans votre tombeau                                                                                                  

Avec Verlaine et Rimbaud                                                                                                    

Sans même que je Ronsardise                                                                                                  

Vous n’ayez sans vous détourner                                                                                                 

De la cause à vous retourner

Du Français que l’on bâtardise.

 

Au profit de la langue Anglaise                                                                                                          

Nos tuiles ne sont plus de glaise                                                                                                     

Pour laquelle j’ai la noblesse                                                                                                        

Dès lors qu’à travers Shakespeare                                                                                                               

 A tourner mienne elle m’inspire                                                                                                  

Trois fois plutôt qu’une ne vous blesse.

 

Sans passer pour un rétrograde                                                                                                                            

Quitte à en prendre pour mon grade                                                                                            

D’être accusé de délinquance                                                                                                        

 Je ne changerais pas mon plan                                                                                                        

Même chauve pour un implant                                                                                                    

J’en assume les conséquences.

 

J’irais au-devant de la scène                                                                                                              

Remontant le cours de la Seine                                                                                                                

A condition que j’y arrive                                                                                                            

  Me battre mais juste en chantant

Sans prendre parti pour autant                                                                                                    

 Pour l’une ou l’autre de ses rives.

 

A bout d’arguments de bagout

Certes avec en peu de dégoût                                                                                                                  

 Pour en assainir l’image                                                                                                                   

De marque aux yeux de ces touristes                                                                                 

 Beaucoup trop caricaturistes                                                                                                      

 A mon point de vue c’est dommage.

 

Assouvir oh sans compétences                                                                                                

D’interprète leur appétence                                                                                                     

Après tout chacun sa tambouille

De découvrir la Capitale                                                                                                   

Autrement qu’en carte postale                                                                                            

Pendant qu’un autre les barbouille.

 

Dans un remous  lithophanique                                                                                                                

Pris d’une colère aphonique

Aux néologismes impossibles                                                                                           

J’attirerais leur attention                                                                                                               

  Sur tous ceux qui ont l’intention

De rester sourds et impassibles

 

En reniant ‘’mon paternel ’’

Ce qu’on à de sempiternel !!!                                                                                                                                                                                                                                                                                                  Après la femme qui nous mouche                                                                                                

Quand on est tout juste capable                                                                                                      

De parler c’est nous les coupables

 

 

 

 

 

 

 


MARIE-CHRISTINE GUIDON DE PUTEAUX


Harem

 

Cheveux emprisonnés dans un sombre turban,

Sur son tapis râpeux, l’odalisque repose,

Rêvant de taffetas, de damas ottoman

Et capiteux parfums aux effluves de rose.

 

L’instant semble venu de briser son carcan…

L’esclave du sérail, à son destin s’oppose

Elle ne renonce pas, serrant son talisman,

Aux aguets, chaque nuit, devant la porte close.

 

Et armée de courage, en unique recours,

Elle adresse au divin la fervente prière

De dérouler sans peur le long fil de ses jours

Pour fuir à tout jamais cet antre mortifère.

 

S’illuminer encor loin du palais obscur

De ce soleil happé par son âme dolente,

Tisser le bleu du ciel en étole d’azur…

Ne pas se résigner à mourir de mort lente !

 

 

 

                 Le prix de la victoire

 

Ils sont partis nombreux et n’avaient pas vingt ans,

Petits soldats de plomb,  rejoindre la mitraille,

Certains tête baissée, beaucoup d’autres en chantant,

Combattre l’ennemi sur les champs de bataille.

 

Englués dans la boue, accrochés à l’espoir

Avec pour tout bagage le plus beau de leurs rêves

Pour pouvoir résister aux longs coups de boutoir…

Ils espéraient en vain que la guerre s’achève !

 

Il fallait sacrifier pour qu’un grand vent se lève,

Piétiner l’insouciance au fond d’une tranchée…

De la chair à canon qui a perdu sa sève

Et toute une jeunesse à la vie arrachée.

 

Tant de lettres tracées par tous ces jeunes hommes,

De statues érigées à des auteurs manquants,

De sourires éteints, de projets que l’on gomme…

Ils sont partis nombreux et n’avaient pas vingt ans !

 

Pour ne pas oublier le prix de leur victoire

Entrons en résistance et comme nos anciens

Ne nous défilons pas au pire de l'Histoire

Mais suivons le chemin d’un zèle citoyen

 

 


 

ANNICK MARC  GRAVIGNY (EURE)

 

LE CO CO COCO RONAVIRUS19

OU APOLOGIE DE L ANNIVERSAIRE

 

 

 

Chère famille chers amis,

 

Tout d’abord

Je tenais à vous remercier,

De votre amitié et votre affection indéfectible,

Et d’avoir répondu présents à mon invitation

Et de ne pas y renoncer,

Le CORONA19 étant très avide et aux taquets.

 

EN EFFET, nous avons failli ne pas nous voir

Eh ! me direz-vous pour quelle raison ?

 

Est-ce à cause de la location

Le Maire ayant oublié la réservation ?

Est-ce à cause du traiteur qui était fatigué

S’étant la veille un peu torché ?

A cause du boulanger qui était dans le pétrin,

Ou de la femme du boulanger

Dont la rondeur des miches avait attiré le berger ?

 

Bref ! passons !

Ces raisons ne sont pas suffisantes

Pour annuler un anniversaire dans la plus pure tradition.

En fait, je n’ai pas osé vous l’avouer

Mais je sors à peine la tête de l’eau…delà

Corona, corona pas, corona verra, corona dis-moi,

Si tu es CORONA…

Bref un petit épisode fébrile, sans gravité

En tous cas, sans CORONA

Je ne l’ai pas ramené…Na.

 

Cela fait toujours très plaisir

De réunir famille et amis

Malgré quelques absents …13

Ainsi habituellement

On se retrouve aux enterrements

Ce que chacun déplore,

-Triste constat-

De se retrouver dans de telles occasions.

Un anniversaire, c’est toujours plus gai……….

SANS CORONA.

 

Une autre chose que je regrette hélas et surtout

-Hygiène et précautions étant de rigueur-

Ce sont les bisous

Qu’ils soient fervents, mouillés, égarés, ou claquants

Les serrements de mains

Les grandes accolades

Les étreintes musclées,

Bref, tout ce qui se rapporte à l’affectif.  (voir Colette dite Coco)

 

Alors marchons sans nous effleurer

Bisons-nous verbalement

Regardons nous dans les yeux, sans postillons

Ravalons nos crobes et nos microbes

Humons légèrement nos coudes

Et BOUJOU du genou.

 

Mais ne vous inquiétez pas

Le thermomètre n’est pas loin

Dans le bar à côté du chocolat.

A vous de le mettre là où vous le souhaitez

Je ne m’étendrais pas là-dessus.

 

Pour conclure

Cette petite apologie de l’anniversaire …SANS CORONA

J’ai oublié de vous dire

Que grâce aux soins attentionnés

Du Sieur Pierre, ici présent

J’ai enfin échappé

A la pire des choses

LE REJET DE LA PROXIMITE.

 

SURTOUT NE M EMBRASSEZ PAS

 

 









SYLVAIN JOSSERAND 

(LES ESTABLES HAUTE LOIRE)

Pandémie

 

 

Au temps de Pharaon on parlait des dix plaies d'Egypte

A l'époque de Macron c'est la mondialisation des échanges

Non pour favoriser une juste répartition des richesses

Non pour que chacun puisse avoir un toit et un repas

Non pour que la santé l'éducation et la culture soient des priorités

 

Au temps de Pharaon l'ange exterminateur a tué les nouveaux nés

A L'époque de Macron le Veau d'or triomphe

Pour écraser les révoltés aux gilets jaunes et les retraités

Pour ruiner les derniers de cordée et les handicapés

Pour que les soignants ne disposent d'aucun masque pour se protéger

 

Au temps de Pharaon la fuite par la mer rouge était possible

A l'époque de Macron les frontières sont fermées

Mais la bourse via les ordinateurs continue à spéculer

Pour enrichir les nantis et assouvir leur pouvoir insatiable

Pour appauvrir la terre et la couvrir de pesticides

 

Au temps de Pharaon la guerre se faisait avec des piques

A l'époque de Macron elle s'est nucléarisée et externalisée

Notre pays est le troisième exportateur d'armes du monde

Il ne dispose ni d'écoles ni université  dignes sauf pour ses élites

Et favorise le déclin du service public de la santé et des urgences

 

Au temps de Pharaon, au temps de Macron

Il nous faut toujours résister contre l'iniquité.

Un virus invisible nous déstabilise tous

Un virus nous porte à réfléchir sur le sens des choses

Un virus nous conduit à nous centrer sur l'essentiel : l'Humain

 

Sylvain Josserand

Les Estables 19 mars 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EN ANNEXE :

 

Pour la Bible, la vie du peuple hébreu est prototype de celle de l’humanité.


Esclave en Egypte pendant de longues années ce peuple hébreu est soudain secoué par ce qu’il est convenu d’appeler « les dix plaies d’Egypte » qui ne sont autres que les conséquences des transgressions, des Egyptiens comme des Hébreux, des lois qui structurent le créé : quand on abat par exemple le mur de soutènement, il ne faut pas s’étonner que la maison s’écroule. Chaque plaie d’Egypte est un aspect de cet écroulement.


C’est aussi ce qu’ils se passe aujourd’hui pour l’humanité toute entière qui a fait des finances son dieu et qui en est esclave. Cela nous a amené à transgresser les lois divines les plus structurantes du créé, et aujourd’hui la maison s’écroule.


Le coronavirus en est la couronne. En référence à l’Arbre qu’est l’Homme, il saisit la tête et les poumons. Il ne sera éradiqué que par un changement de tête, de niveau de conscience. Il exige un changement radical de l’humanité vers son ontologie.

 
Semblable à un Arbre, l’humanité a puisé pendant un long hiver et par ses racines-terre dans les profondeurs de la terre qui est aujourd’hui épuisée et craque de partout. L’humanité-Arbre doit maintenant puiser par ses racines-ciel dans les richesses divines.


Tel l’hébreu quittant l’Egypte, nous devons passer par le désert, soit un temps de désécurisation redoutable mais incontournable, avant de retrouver notre nature première, ontologique et divine.

 
Nous sommes conduits à vivre un enfantement grandiose. Ce sont, aujourd’hui, les premières contractions.

 

Annick de Souzenelle, philosophe et théologienne

 

 

 

 

 

CLAUDE HARDY   PONTAUDEMER  (EURE)


18 mars 2020

 

IL EST ICI

 

J’entends la voix qui monte lente amante

D’entre les voix d’ondes où s’attarde

le fredon de la fontaine innocente.

J’écoute le visage des paroles

Dans le regard sans hasard qui prétend

 à la Croix folle.

 

Seigneur, nous voilà dans le songe

 inventeur du moteur pour ton cœur.

Les anges fleurissent,

Ils tremblent

En parfums qui obéissent

A la narine édictée de ton Fils ;

Les anges sont bouquets de bras,

d’ailes

et de jambes

Et ils ont faveur et senteur

de l’Être-ensemble.

 

Ta maison prie, mains rejointes

sur la hanche de ses chemins,

Aujourd’hui ; mon pays, ma patrie

taciturne, c’est ton cri de demain.

La lune oraisonne aussi,

le soleil hésite son rite

À la paupière d’un jour peut-être

sans mérite.

Pourtant, l’orient élogieux pousse

à nos cœurs mangés de miséreux,

À nos ongles qui te fondent

loin de la joie hersée de l’Autre ténébreux.

 

Tu ne viens pas, ô Dieu,

avec un cœur de procureur,

Non, tu vas escorté de l’empire

Qui te respire,

Ta justice heureuse pardonne

les lèvres lourdes de nos soupirs.

Les fleurs inflorent la liesse en l’humus raciné de notre attente

Tandis que les fleuves, congédiés par l’été, consentent à la mer de l’entente.

Toi, le Réuni au Soleil de la Pluie,

tu ne veux plus contenir les palais

Qui exilent la mousse, et tu inspires

un peuple de tentes.

Et le désert s’écoule dans le bec

que récitent des colombes,

Le prophète préconise

La mort de la fête et vise

La joie par nos tombes.

Le guetteur armé pour le soleil de son peuple

Ne croit pas que la nuit succombe.

Le chameau que déroute la danse des silices

Espère le sel d’une mer

dont la marée nous hisse.

Je rêve à la vigne et à son vin natal

Comme boisson

De métal

Qui rime

Avec la palme des chansons

Vaincues par le désir d’une bouche ultime.

 

Ta maison, Heureux Dieu, est cette île tacite

Que chante la mer totale

Des paroles qui nagent

Et te dévisagent,

Toi le Seigneur comme la nef retrouvée

À même la perte qui nous déhale.

Ainsi, le songe père et l’enfant d’océan

En qui les fleuves chagrins recherchent

 le souci et la source

Sommeillés de leur face.

Tu es, et, par toi, je suis trace

De ton amour, lequel me menace.

 

Seigneur, les prophètes goulus de ciel

à la vaste romance,

Décèlent que même pour ta moisson

de silence,

Les grains ne sonnent pas nombreux.


 

 

CHRISTIAN PICOIS   EVREUX

 

Libéré des contraintes spatiales du confinement de l’atelier d’écriture du vendredi, j’emprunte une fois n’est pas coutume les chemins de traverse pour rendre ma copie du jour. Je suis resté sur le thème du Printemps avec un texte d’appui de Charles d’Orleans et son rondel bien connu.

 

 

 

 

LE TEMPS A LAISSÉ SON MANTEAU 

 

Le temps a laissé son manteau

De vent, de froidure et de pluie,

Et s’est vêtu de broderie

De soleil luisant, clair et beau.

 

Il n’y a bête ni oiseau 

Qu’en son jargon ne chante ou crie.

Le temps a laissé son manteau.

 

Rivière, fontaine et ruisseau

Porte en livrée jolie

Gouttes d’argent d’orfèvrerie :

Chacun s’habille de nouveau.

Le temps a laissé son manteau.


Charles d’Orléans 1394/1465

 

 

 

Mal d’Hiver

 

C’est le Printemps... mais qui se souvient de l’Hiver

Quand le jardinier met la ramille en javelle

Et que la Création vêt sa robe nouvelle ?

La saison du crin blanc est morte aux faits divers,

 

Mise en terre au repos dans le monde à l’envers.

Quel fou l’exhumera pour manger sa cervelle ?

Un sorcier cannibale en transe nous révèle

La beauté de la mort d’où renaît l’univers.

 

J’entends le chant plaisant, invoquant Eurydice 

Les femmes des Enfers Beatrice et Didon,

Du regain des passions qui demande pardon.

 

Car la joie répandue recouvre les indices

De leurs vies enfouies au fond du sablier.

Hiver ! Mon cher Hiver, je ne peux t’oublier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Courage

 

Le courage c’est vivre.

C’est choisir sans être ivre

D’aller sur le chemin

De nous pauvres humains 

Même au bout si c’est vide

Puisqu’on est son seul guide.

 

Vivre sa solitude

Comme une servitude 

Prisonnier du néant.

Mais braver l’océan 

En marchant sur la houle

Pour le temps qui s’écoule.

 

Embrasser le mourant 

Au regard implorant

Qui renvoie son image

C’est aussi du courage

À la fin du chemin

De lui prendre la main.

 

Le courage c’est vivre

Quand rien ne nous délivre

D’un trop plein de tristesse 

Face à sa petitesse.

Car on peut résister 

Par son choix d’exister.

 

Chérir la jouissance

Exercer tous ses sens

Apprendre à voir, sentir,

S’écouter ressentir

Goûter que l’on se pâme

Toucher jusqu’à son âme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JEAN PATRICK BEAUFRETON   (EURE)

 

 

Pantoum : Poème à forme fixe, emprunté à la poésie malaise, composé d'une série de quatrains à rimes croisées, dans lesquels le deuxième et le quatrième vers d'une strophe sont repris par le premier et le troisième vers de la strophe suivante, le dernier vers du poème reprenant en principe

 

 

 

 

COURAGES

 

Leur haute stature et leur fière assurance

Lancent par les mots un réconfort nouveau

Aux frères enfermés par la saine obligeance :

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux ?

 

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux,

Planer sur les soignants, au chevet du malade ?

Lance avec tes mots, en réconfort nouveau,

Ton chant d’amitié, ton hymne camarade.

 

Ton chant d’amitié, ton hymne camarade

Apaiseront le cœur du pauvre grabataire

Bercé par les soignants, au chevet du malade

Hors de son foyer, meurtri et solitaire.

 

Hors de son foyer, meurtri et solitaire

L’immigré prie son Dieu. Ses secrets sentiments

Enchanteront le cœur du pauvre centenaire

Resté dans son pays, songeant à son enfant.

 

Restés dans leur pays, songeant à leurs enfants

Unis par les efforts et droits face aux souffrances

Les secours fraternels opposent aux tourments

Leur haute stature et leur fière assurance.

 

 

 

 

 

 

Et une nouvelle du même Jean Patrick Beaufreton  (animateur de LA PITERNE)

 

 

On n’est pas sortis de l’auberge 

 

Voilà six jours que ça dure et on n’en voit pas le bout. Au commencement, on avait cru à une plaisanterie : Paulo est un habitué, il trouve toutes sortes de blagues à raconter ou à faire ! C’est sa façon de baptiser un nouveau client : dans ces cas-là, les habitués rigolent ; mais là, quand il nous a annoncé le truc, on était entre nous et il a d’abord donné l’air de s’en prendre au monde entier sauf à nous, alors ça changeait la donne.

Reprenons l’affaire depuis le début, ce sera sans doute plus clair pour ceux qui ne sont pas au parfum

Samedi, on avait fait les courses pour la semaine, histoire de manquer de rien, quand Agathe me déclare tout de go qu’elle avait aucune envie de se mettre aux fourneaux. Elle a parfois des lubies de la sorte, alors ce n’était pas pour m’étonner !

— Et, me rappelle-t-elle comme si c’était une évidence, tu m’as promis un resto avant la fin du mois. Alors attends pas le 31, on y va dès ce soir.

De mon côté, habitué à promettre tout et n’importe quoi, surtout pour me faire bien voir des crédules qui souffrent d’amnésie, (tu veux mon truc ? Si tu tombes sur des bonnes mémoires ? il suffit de prétendre que toi, tu n’en as pas, de mémoire… ils rigolent, et basta, c’est dans la poche !) j’avance donc que je ne me souvenais pas du tout d’une telle promesse, sans doute un truc qu’elle inventait, et patati, et patata. Mais bon cœur à mes heures, j’accepte une gamelle plus soignée que les éternelles pâtes du samedi soir (entre nous, ma plus grande angoisse était un confinement avec un stock de nouilles à écouler).

Nous voilà donc chez Paulo, ses escalopes gratinées parfumées au curry (hum, un délice), le gâteau au chocolat avec son coulis d’orange (rien que d’en parler, j’en salive), son rosé de Touraine (à se relever la nuit). Mais je ne suis pas là pour faire la pub de Paulo, j’en parlerai un autre jour. Revenons à ce samedi soir : Paulo en cuisine avec son commis, la serveuse apporte l’apéro, l’entrée et la suite. Tout se passe comme si de rien n’était : les premiers clients quittent la table, paient à Paulette et déguerpissent ; les suivants font de même et nous, copains avec le patron, on prend le temps de discuter sans surveiller l’heure, Paulo vient papoter à notre table et on plaisante la petite serveuse (entre nous, je ferais même plus que de la plaisanter… mais pas avec Agathe dans les pattes, vous vous en doutez et de nos jours, on peut plus se marrer sans avoir les féministes sur le grappin) et on regarde pas le temps passer, tant il nous semble bon.

À un moment, Paulo file dans la cuisine chercher une bouteille de Fine qu’il réserve à ses bons clients. La tournée du patron avec sa propre réserve, ça se refuse pas ! On l’entend qui discute avec son commis, au début comme d’habitude, puis le ton monte ; ils semblent pas s’engueuler, plutôt énervés tous les deux. Tout d’un coup, la porte à battants part en éclat et Paulo revient, les mains vides, mais la bouche pleine de colère :

— Ah, les cons ! lâche-t-il à plusieurs reprises. Elle est bonne celle-là !

— Qu’est-ce qui t’arrive ? lui demande Paulette.

On sait même plus son vrai nom, mais comme c’est la femme de Paulo, tout le monde l’appelle Paulette !

— J’espère que ça va pas durer une plombe, sinon on va être bien…

Le copain restaurateur s’étouffait à maugréer comme un damné, je l’avais jamais vu dans cet état. Je me doutais qu’il devait pas être commode quand il s’emportait, là j’en avais la preuve.

— Assieds-toi là, que je lui dis en tirant la chaise à côté de moi. Calme-toi et explique-nous. Si on peut t’aider, tu sais que tu peux compter sur nous !

Tout en s’affalant, il lâche avec un semblant d’excuse :

— Bah, là, c’est plutôt à moi de vous aider… Tout ce que tu pourras faire, mon vieux, c’est la plonge si ça t’amuse.

 

 

 

Paulette, Agathe, la serveuse et moi, on s’est regardés en télescopages croisés. À voir nos mines de cokers, pas un ne comprenait le moindre mot à ce que racontait Paulo.

— Mon Paulo, que fait Paulette en lui glissant la main sur la nuque (Agathe me fait jamais ce chatouillis-là, mais je vois bien qu’il a son effet). Dis-nous tout ce qui s’est passé en cuisine avec ton arpète, on comprendra mieux…

Et là, j’ai vu Paulo se transformer, changer de couleur, trembler des lèvres et mouiller ses yeux de perles de larmes.

— À la radio, le Premier ministre vient d’ordonner à tous les restaurants de fermer leurs portes et ne plus les rouvrir jusqu’à nouvel ordre. À cause de je sais pas quoi : un empoissonnement, une pollution, encore un virus ; j’ai pas entendu, c’est que le gamin qui m’a dit.

— Oh, merde ! s’est-on exclamé en chœur, comme si on avait anticipé les paroles sans musique.

— Et depuis quand ? ajouta Paulette, plus réfléchie que le reste de la troupe.

Malgré la gorge serrée, le patron s’époumona :

— À partir de maintenant ! Tout de suite.

Aussitôt, la petite serveuse s’égosilla :

— Ça veut dire que…

Paulo secoua la tête de manière affirmative, comme le chien dans son panier sur la tablette arrière de ma première Simca :

— Plus personne ne bouge. On est obligés de rester là, comme des moines ou des taulards. Jusqu’à ce qu’ils décident du contraire. Plus le droit d’ouvrir les portes, ni pour sortir, ni pour entrer.

Voilà pourquoi depuis une semaine la serveuse partage la chambre du commis de cuisine (comme disait ma grand-mère : un malheur en appelle un autre, une injustice de plus) ; Agathe et moi, on aide à cuisiner le stock de pâtes de notre copain : Paulo avait programmé une soirée italienne pour l’arrivée du printemps. Un peu, ça va, mais à la longue, ça exige du courage. Si quelqu’un pouvait dire au ministre de nous livrer en pommes de terre, on se ferait une soirée frites !

 


 

 

ALEXANDRE GHANEM

 de Toulouse

 

 

 

 

 

 

 

 

VERTU

 

 

Lorsque viennent les temps de l’angoisse primaire

Et du sauve-qui-peut,

L’égoïsme vital qui vendrait père et mère

Pour vivre juste un peu ;

 

 

Lorsque de désespoir se remplissent les temples

D’on ne sait plus quels dieux ;

Qu’en ton intérieur toi-même tu contemples

Des aspects odieux ;

 

 

Au-delà de la peur, au-delà de l’errance

Où si souvent tu chois,

Tu dois vaincre la peur et la désespérance :

Tu n’as guère le choix.

 

 

Te battre obstinément, avec force, avec rage

Te grandit. Le sens-tu ?

La flamme éprouve l'or, et le mal le courage ;

Le courage est vertu

 

 

 

 

BRIGITTE SOBRINO   (Eure)

 

 

Tragédie.net

 

Pas de réseau dans la vallée qui nous entoure !

 Comment diable suivre le monde au jour le jour ?

Etre privé de centaines de ‘vrais amis’

Qui débarquent en quelques clics dans votre vie ?

 Que faire chaque soir pour meubler le grand vide

Qui habite et qui hante des regards livides

A la vue des sommets qui les toisent, moqueurs,

 Se jouant de leur détresse de n’être pas ailleurs ?

Dans la course aux antennes menant au virtuel

Un écran partagé supplante le réel,

Mais la vie a quitté ces visages statiques

Absorbés par le net, comme statues antiques

Rivées à leur support, sans lueur dans les yeux

Ni souffle vivifiant confisqué par les dieux.

Ah ! quelle tragédie ! enchaîner sa pensée

A la technologie qu’on nomme le progrès !

Lorsque l’on est baigné de lumière et de vent

Et qu’à la nuit tombée tout brille au firmament,

Quand l’horizon s’éclaire et avive nos sens

Pour nous faire vibrer, sentir notre présence

A l’instant incarné, au cosmos, à la Terre,

Relié à l’univers et à son grand mystère,

Pourquoi se détourner de ce trésor en soi,

Occulter ce bienfait… et quérir plus que ça ?

 

(Écrit avant l’Épidémie)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ZORA BERRAYAH  (Eure)

 

LE MIGRANT

 

 

Il lui en a fallu du courage, lutter pour atteindre nos rivages. Lui, le Syrien, le Nigérian, l'Afghan pour devenir homme sans nom « le migrant ».

Il lui en a fallu du courage pour quitter ses villes et villages. Autrefois il avait un nom, un rang, des enfants. Avant d'être « le migrant ».

Il a du réunir son courage, au mépris du risque de naufrage, portant en lui le rêve du migrant : vivre en paix sous des cieux accueillants.

Bravant mille morts avec courage, rejeté par la mer sur nos plages, il remet son destin entre nos mains, ses rêves et ses espoirs de lendemains.

 

 

 

 

 

 

 


 

ENFIN UN QUI SUIT LA CONSIGNE !!!!!!

 

 

TEXTE ÉCRIT PAR MARTIAL GESLAN  GLISOLLES (Eure)

 

Moment d’écriture du 20/03/2020

 

 

UN PRINTEMPS DE COURAGE  

 

 

 

le soleil emprunte le chemin

qui le mène vers le renouveau.

La Nature dévêt le manteau

hivernal trop gênant ce matin.

 

Le ciel adoucit les couleurs,

les oiseaux s’égosillent de joie,

les rameaux jouissent de leurs émois,

les pétales perdent leur pudeur.

 

Le printemps n’attend plus, il est là.

La vie devient un beau festival,

les sons s’harmonisent en récital

égayant les cœurs de ci, de là.

 

Le printemps n’épargne pas la ville ;

il l’éclabousse de sa splendeur.

Et pourtant, en ce jour presqu’en fleur,

les rues désertes pleurent l’exil.

 

Un virus soufflé par on ne sait

quel vent mauvais ou autre chimère,

surgit un jour sur la vieille terre

avec la seule ambition de tuer.

 

 

 

 

 

 

 

 


Thème : Le courage

 

Consigne : Prendre ou 1 citation et 1 proverbe au choix

 

Choix :

Citation : il n’y a pas d’heure pour les braves

Proverbe : au service du bien, le courage est vertu

 

 

 

 

L’issue de survie: confinement

dans son chez soi loin de ses semblables

pourvu qu’il nous soit bien confortable.

Oui, le remède est l’isolement.

Les trottoirs vivent dans le silence

malgré la venue d’irréductibles

bafouant la maladie transmissible

alors que courage et patience

 

seront la voie de la guérison.

Au service du bien, le courage

est la vertu, en ces jours de naufrage

qu’endurent les soignants à raison.

 

Il n’y a pas d’heure pour les braves,

ils se jettent dans une bataille

avec rage et l’amour du travail

avant de voir le monde esclave

 

de cette pandémie foudroyante

destructrice de notre planète.

Pour que la vie redevienne fête,

sereine, solidaire et souriante,

 

accrochons à nos cœurs, le repos

de ces instants, en nous promettant

de garantir d’autres beaux printemps

et de dire à deux mille vingt: tchao.


 

Texte de MARTIAL MAYNADIER

 

Comme le dit Paul Valéry : « Le premier vers est donné » au poète, tout le reste est à créer…

 

 

IL FUT UNE FOIS

 

 

Mon poème est inspiré par une phrase de Sylvie Germain, à la fin de son livre : Immensité.

 

L’immensité tremblait dans la moindre des choses.

 

 

 

L’immensité tremblait dans la moindre des choses,

Dans la tuile d’un toit, le parfum d’une rose,

Dans l’aile de l’oiseau, l’ombre d’une fumée,

La courbe d’un nuage ou la lampe allumée…

Personne dans les rues désertes de la ville.

L’angoisse du dehors, à Paris comme à Lille,

À Francfort, à Manille, à New York, à Marseille,

Les ruches à l’arrêt, où comme des abeilles

Ayant perdu la tête, au cœur des alvéoles,

Se nichaient les humains cessant leurs courses folles.

Peu à peu et partout, le grand enfermement

Au sortir de l’hiver, confisquait le printemps,

Sans savoir pour combien de temps !

 

Une chose était sûre et s’imposait à nous,

Le vieux monde aux abois était sur les genoux,

Les inégalités, l’injustice et la guerre,

Les pollutions, les destructions, c’était naguère ;

Le temps nouveau viendrait qui nous serait meilleur

Car, de lucidité, le mal est éveilleur.

Seule valait, on le savait, pour se sauver

La belle solidarité.


YVES BARNOLE  Clamecy.

 

 

la citation, "la force n'est pas dans les jambes, mais dans le courage", puis le proverbe, "il faut prendre le taureau par les cornes", mais je crains d'être légèrement - très légèrement - hors sujet !

Peut-être aussi le texte référence pourrait-il être "Le Petit Cheval", de Paul Fort. Car après tout, être honnête suppose une certaine dose de courage, lorsqu'il est plus facile de se taire que de rétablir la vérité.

Et bien que le mot "courage" figure dans ce très beau texte, je ne pense pas que c'en soit vraiment le thème. J'y vois plutôt un hommage à la conscience du devoir manifestée par le cheval blanc.

 

 

 

 

 

Madame, Monsieur,

Je suis au regret de devoir refuser cet Honneur, mais tout ce malentendu, c’est à cause du chien. On dit à juste titre que « la force n’est pas dans les jambes, mais dans le courage », et c’est bien vrai, parce que lorsqu’il m’a aboyé après, je n’ai pas eu le temps de regarder s’il était à l’attache, ou enfermé, ou quoi, parce que mes jambes avaient déjà commencé à courir.

D’un autre côté, il me semble qu’il est plus facile de prendre un taureau par les cornes quand on est courageux que quand on a peur. Et puis, des cornes, ça dépasse. Les crocs du chien, ils sont à l’intérieur de la partie dangereuse, et on a forcément moins de prise. Je suis certain que vous comprendrez.

En fait, la personne avec laquelle je suis entré en collision et qui courait aussi sans regarder où elle mettait les pieds, c’est parce qu’elle ne devait pas être beaucoup plus rassurée que moi.

La vérité, c’est que je n’ai pas du tout essayé de lui maintenir les bras le long du corps pour l’empêcher de nuire, c’est que je tentais de faire passer son corps par-dessus le mien pour l’interposer entre la mâchoire du chien et mon corps vulnérable.

J’ignorais totalement que cet individu avait déjà poignardé deux personnes, et que s’il courait aussi désespérément que moi, c’était pour tenter d’échapper aux forces de l’ordre.

D’ailleurs, si je l’avais su, peut-être aurais-je tenté de me dégager au lieu de m’agripper à lui et serais-je reparti vers les dents du chien, j’avoue qu’aujourd’hui encore, j’ignore ce que j’aurais fait.

C’est donc avec un soulagement intense que j’ai vu les personnes en uniforme venir à notre secours, et avec un grand étonnement que je les ai regardées relever mon sauveur et lui passer les menottes, tandis que son couteau, dont j’ignorais l’existence, tombait sur le trottoir avec un bruit métallique.

Vous me direz, Madame, Monsieur, que j’aurais pu donner ces explications lorsqu’on a relevé mon identité en me félicitant pour mon courage, mais avec tous ces gens qui nous regardaient, je n’ai pas osé.

Je vous remercie donc d’avance de bien vouloir faire en sorte que toute cette histoire de Médaille du Courage n’aille pas plus loin, et vous prie d’agréer l’assurance de ma considération distinguée.

 

Hippolyte Cycadale

 

 

 

                                                           23/03/2020

 

 

 

 

 

 

 


EDITH DAMBRINE     LE NEUBOURG  (EURE)                 

 

 

Haïkus  inspirés par des expressions ou des proverbes populaires.

 

 

On peut tout tenter

la réussite viendra

si le cœur y est

 

 

Oses le péril

si tu cherches la gloire

tu triompheras

 

 

Tout bon travailleur

quand la cognée se casse

rattrape le manche

 

 

Vaincre le taureau

par les cornes attrapé,

triomphe assuré

 

 

Il faut beaucoup d’œufs

pour faire bonne omelette

tant pis pour la casse

 

 

Quelle que soit l’heure

tu peux tout entreprendre

si tu es brave

  

 

 J’y ajoute un proverbe normand : Rougie du matin, met la mare au c’min.

 

Ce qui donne :

 

 

Belle dès le matin

l’aurore aux doigts de rose

fait couler la mare

 

 

 

                                                                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AGNES K. BRAMS     PARIS

 

 

 

 

 

Le courage.

 Comme j' aime parfois jouer avec les mots

 

je couperai le mot en deux : coup et rage .

 

 C'est à dire avoir la rage après un coup ( du sort ) et réagir…

 

Sinon bien sûr que les grands courageux

sont ceux

qui sont en première ligne en ce moments

 

Évidemment le courage, en ce moment,

Ce n’est pas de se retrouver pour faire la teuf entre copains

Et braver les interdits

 

À notre époque de fin du monde

C’est de faire naître

Et de naître

 

Belle journée ensoleillée néanmoins !

 

Et il faut un sacré courage pour rester chez soi par ce beau temps !

 

Mais nous avons la chance de nous évader

 

Par l’écriture !

 

 

 

 

 

 

 

 

ENVOYÉ PAR MARIE SUBRIN   (LOIRE)

Texte d’espoir reçu par le net

 

 

Printemps

Un texte d’espoir......

Parce que le printemps n’en savait rien.....

C’était en Mars 2020,

Les rues étaient vides, les magasins fermaient. les gens ne pouvaient plus sortir.

Mais le printemps n’en savait rien…

Et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait,
Les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver,
Le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt.

C'était en mars 2020.

Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison,
Les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur.
Bientôt il n'y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.

Mais le printemps n’en savait rien…

Le temps d'aller au jardin arrivait, l'herbe verdissait.

C'était en mars 2020.

Les gens ont été mis en confinement, et pour protéger les grands-parents, familles et enfants,
Plus de réunion ni repas, de fête en famille.
La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient

                                                         

Mais le printemps n’en savait rien

Les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.

C’était en mars 2020.

Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon
En invitant les voisins à faire de même, Ils ont appris une nouvelle langue,
A être solidaires et se sont concentrés sur d'autres valeurs.

C'était en mars 2020.

Les gens ont réalisé l’importance de la santé, de la souffrance,
de ce monde qui s'était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.

Mais le printemps n’en savait rien…

Les fleurs ont laissé leur place aux fruits,
les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.

Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l'ont appris à la télé,
le virus avait perdu.
Les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient,
embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants
Et c'est là que l’été est arrivé…

Et le printemps n’en savait rien…

Qu’il a continué à être là, malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort.

Parce que le printemps n’en savait rien,

IL A APPRIS AUX GENS LE POUVOIR DE LA VIE…

Tout va bien se passer, restez chez vous,
Protégez-vous, et vous profiterez de la vie.

Lisez ceci, répandez-le autour de vous et restez amoureux…

 

 

 

 

 


 

Transmis  par  MONIQUE MA SŒUR
Paris. Texte militant, reçu par le net. .

On est là
On est là
Aux fenêtres et aux balcons
Nous on est là
On applaudit les soignants
Mais pas le gouvernement
Solidaires à 100%
Des gens d’en bas

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Qu’ils ont tout privatisé
Tout vendu aux financiers
Ça n’se passe’ra plus comm’ ça
Car on est là

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Les hôpitaux saturés
Et la santé dégradée
Les moyens pour nous soigner
On les a pas

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Les milliards aux entreprises
Comme toujours ils priorisent
Leurs intérêts sur nos vies
Et sur nos droits

On est là
On est là
Confinés et révoltés
On n’oublie pas
Les précaires vont travailler
Sans pouvoir se protéger
De cette hypocrisie-là
On n’en veut pas

 

 

 

 


 

ENVOYÉ PAR RENÉ LABELLE  (QUÉBEC)

 

 

 


«Je me dis que finalement, c'est peut-être ça la vie: beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n'est plus le même. Comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèses dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même.» - Muriel Barbery

 

 


 

 

MICHELLE CHEVALIER     (Évreux)

 

 

Soleil noir

 

Soleil noir

Pas seulement le soir

Solitude

Silence

Stupeur

Conflits

Énervement

Épuisement

Larmes versées

Écouter cette souffrance

Rassembler les brisures

Faire corps avec la peur

Pour avoir le courage d’avancer

S’immerger dans la vague de lumière

Blanche des draps aux fenêtres

Au soulèvement inouï de la chaleur des voix

De 20h, chaque soir !

Ondée de tendresse…

Jaillissement de la victoire sur la mort,

Bientôt !

Ah ! Marcher dans la rue

Un jour, tout simplement.

 
 
 
 

DANIELE DAVOUST    (Melleville- Eure)

 

A ceux qui ont dit NON

 

Se dresser et dire « non »!

     Le clamer à pleine voix ou le murmurer au secret du cœur,

   « Non » à l’injustice, à la discrimination!

   « Non » à l’envahisseur, à l’occupant!

   « Non » à l’oppression, au totalitarisme!

Combien sont-ils à l’avoir fait, au cours de l’Histoire,

     Et ont payé de leur liberté

        ou de leur vie, offrande ultime, 

     Le courage de dire « non »?

Guerriers ou pacifiques, hommes ou femmes,

   connus et célébrés ou restés anonymes,

     Combien sont-ils à l’avoir fait, au cours de l’Histoire,

       Qui croyaient au ciel ou n’y croyaient pas,

       Mais en eux brûlait la flamme du courage?

 

 Ils ont combattu sur des champs de bataille ou croupi en prison,

     Sont montés au bûcher, à la potence, à l’échafaud,

     Sont tombés au poteau d’exécution ou alignés le long d’un mur,

     Se sont montrés généreux et fraternels,

       ouvrant leurs maisons en guise de refuge aux persécutés,

     Ont chuchoté des mots de passe, inventé des codes secrets,

     Ont accepté de vivre dans la clandestinité sous des noms d’emprunt,

     Ont affronté la trahison ou la lâcheté

Combien sont-ils? Combien sont-ils?

 

On se souvient de grandes voix rendant l’honneur à tout un peuple,

Mais on ne sait quelle prisonnière, il y a trois cents ans,

     a gravé le mot « Résister » sur une pierre dans la tour de Constance à Aigues-Mortes.

 

Et j’aimerais que l’on se souvienne de celui qui voulut obtenir l’Indépendance de son pays

     par la non-violence,

Gandhi, que Churchill surnomma « le fakir nu »,

     Foulant aux pieds la haine,

     Regardant l’adversaire d’un regard sans mépris,

     Qui voulut se dépouiller de tout prestige et soumettre sa vie à un strict ascétisme,

     Et mourut assassiné, le nom de son Dieu sur les lèvres.

 

Combien êtes-vous, connus ou anonymes?

Que votre souvenir nous aide à vivre les défis du quotidien en ces temps difficiles,

Et que brûle encore en nous

     une étincelle de votre courage!

 

 

  

Note:

Dans la tour de Constance à Aigues-mortes, sous le règne de Louis XV, furent emprisonnées  pendant des décennies des femmes protestantes dont la plupart n’abjurèrent pas. On pense, mais rien ne le prouve, que celle qui grava ce mot ‘resister’ est Marie Durand, ardéchoise, d’une famille de pasteurs, qui fut comme la guide spirituelle de ces femmes, la plupart paysannes.

Quant aux ‘grandes voix’, je pensais en premier à Charles de Gaulle.

 

 

MICHEL LOUVEL   Pont-Audemer

 

 

Légende de Sainte Honorine(303 de notre ère)

 

En ces temps reculés où les hordes barbares

Dévastaient et pillaient les rives de la Seine,

Près de Juliobona, lieu-dit de Mélamare

Vivait en sa famille, une jeune virgine

Des années atteignant à peine la vingtaine

Par sa mère nommée du doux nom d’Honorine.

 

Son père, fier seigneur du bourg de Mélamare,

Combattant résolu de toute religion,

Pour accroître sa Charge, au premier des barbares

Voulut d’Honorine accomplir l’hyménée.

Fidèle à la promesse donnée à Saint Mellon,

Honorine, à l’union, sur l’heure s’est refusée.

 

Le père, en son courroux, par les violents barbares,

Du haut de la falaise, fit jeter Honorine

En un ancien ruisseau coulant à Mélamare.

Sur les flots de la Seine, par les anges portée,

La virginale enfant s’échoua près des ruines

D’une petite chapelle par les barbares, brisée.

 

L’ermite religieux, habitant de ce lieu,

Recueillit dignement la pieuse relique

De la jeune vierge fidèle à son Dieu.

Depuis ce jour lointain, Honorine, des marins,

Est la Sainte Patronne, pour son courage unique

Face au courroux d’un père laudateur des païens.

 

A Graville, sur les ruines de l’ancienne chapelle,

Se dresse maintenant l’imposant Prieuré.

On prétend qu’Honorine, la divine rebelle,

Dans le chœur de l’église, soigne le malentendant

Dont la tête franchit le trou du mur percé

Au-dessus du tombeau de la Sainte, en priant.

 

 

 

SYLVIE GESLAN   Glisolles  Eure

 

Texte inspirant     :  « Le bûcheron et Mercure » (pour le fond, pas la forme)

Citation retenue :  « Cœur et courage font l’ouvrage »

Proverbe retenu :  « A cœur vaillant rien d’impossible »

 

 

 

 

 

 

Ils étaient jeunes et déjà Sages

 Le cœur empli de leur passion,

Dans le tourbillon de leur âge

Formaient belles corporations.

Les longues heures usées le soir

A ébaucher leur avenir

Quand l’idéal trace l’espoir

À la Règle du devenir.

 

« Cœur et courage font l’ouvrage »

Toujours ensemble à accomplir

Dans le creuset du long voyage

La belle épreuve pour s’unir.

 

« A cœur vaillant rien d’impossible »

Quand la passion s’immisce au fond,

On ne voit guère qu’une cible

Le Devoir d’être Compagnon.

 

 

 

 

 

 

 

 


Et un texte écrit en janvier (actualisé aujourd’hui) et qui montre que le monde d’avant était déjà en route vers l’Enfer !

 

 

 

Destruction massive disparition d’espèces menacées, vacarme au dessus de nos têtes.

 Le monde rougeoie dans l’obscur et la peur, l’absurde répand son venin ravageur

en une marée noire.

Médias dévastateurs

réseaux déraisonnés

sur fonds de déferlantes de mensonges et de haine roulant, raclant,

broyant le poison à inoculer dans les consciences, ne laissant sur leur passage qu’une écume grise épaisse et gluante

où se meuvent sans espoir

 les douces et pâles faiblesses.

Et maintenant, Mars qui transpire

de son printemps malade,

Virus de l’infox

dans l’intox du monde.

Prisonniers de la toile venimeuse

ouvrez votre regard au-delà de la trame.

Voyez à vos pieds ! le brin d’herbe qui vibre,

la fourmi sans relâche au labeur de son nid,

 le criquet souriant de ses ailes mélodieuses. Entendez ! La libellule froisser l’air

de sa robe métallique.

Écoutez ! Le pinson quand il pleure et la grive musicienne semer son chant clair et flûté.

En forêt, c’est le Pic qui frappe martelant le bois. Surprenez ! Le soleil au matin

 qui se pose sur la brume et le soir éteint son feu dans l’antre de l’horizon, le ciel alors s’allume.

Perdez-vous ! Dans le cours de la voie lactée claire et pure. Suivez ! les sentiers célestes

la constellation d’Orion celle du Cygne

ou de la Grande Ourse, chemins éclairés d’une lumière salutaire.

Posez ! Votre regard sur l’essentiel avant l’éclipse. Laissez-vous surprendre ! La vie est encore là, partout, alentour, en nous, juste éphémère,  

juste à saisir.            

 

 

 

 

 

MICHÈLE FAYARD    DE VILLEURBANNE

 

 

 

 

Allongée depuis ce matin alors que minuit arrive, il m'en faut du courage pour tâcher d'écrire un texte en parlant.

Non, pas parler, mais en parler… du courage. Cette force qui soutient nos actes et pensées, qui nous permet de nous lever pour aller cuisiner, et d'obéir à notre  promesse de ranger ce tiroir, qui nous fera passer le gant microfibre sur la carafe en verre de Biot, qui va tout de même nous faire se pencher sur un extrait de pièce qu'on doit apprendre et même nous conduire à la douche alors qu'aujourd'hui... m'en fiche... sors pas. Confinée. Sais pas quoi faire. Ai le temps de penser à un emploi du temps fabriqué. Verrai plus tard.

Peux faire c'que j'veux oui ?

Ce plus tard qui, conduit par la pensée traître, m'a échouée dans un rêve non réalisé... d'abord qu'en sais-je de ce que je voulais ? Pffttt... Journée dans une bulle nulle qu'on ne peut annuler. Peux même plus penser. Et je dois... pardon ? C'est quoi ce "devoir" ? Non, je désire me pencher sur le clavier... D'abord émerger de ma bulle pour trier des idées... Grrrou... Peux même pas allonger deux mots !

"Tu as le courage de dire non

Tu as le courage de dire oui

Car tu es un Homme libre" *

a dit quelqu'un qui lui, a écrit déjà !

Je suis un être libre de disposer de mon crayon... euh, de mes doigts sur les touches, de ce laps de temps que je me crée, de cette volonté, même ralentie... Mais je sens que je n'ai pas ce courage nécessaire pour continuer. Pourtant je ne cours pas vers un autre âge !

Pffftt, il m'est demandé de choisir un proverbe et une citation… c'est trop, j'peux pas ! Mais bon, qui sait souffrir peut tout oser, alors allons'y, et comme de cœur vient courage, je pléonasme. Aujourd'hui, me fiche de tout, j'abandonne !

Même si d'aucuns jugent que c'est limite déprime quand on perd pied, je spécule que je laisse choir des choix non choisis et ça... ça redonne courage !!!

 

 

Michèle Fayard

 

*Sylvain Josserand dans "Espérance"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

ANNE-MARIE CANLORBE   EVREUX

 

 

 

J'ai l'air de la chanson de Jean Ferrat qui me trotte dans la tête ...

Avec d’autres paroles

 

Seigneur que ta vie est belle

comment peut-on imaginer

à cause d'un virus rebelle

que tout cela va s'achever.

 

C'est au passé que toujours on repense

alors Seigneur t'en souviens-tu

j'ai toujours fait la différence

entre le vice et la vertu.

 

Si le courage c'est d'oser:

bientôt le printemps reviendra

et je pourrai encore rêver

de la rose et du lilas.

 

Pour voyager et faire la fête

je sais que j'ai bien trop d'années

mais quand chantera l'alouette

je te promets de l'écouter.

 

Seigneur que ta vie est belle

peut-on imaginer

que malgré ce virus rebelle

tout va pouvoir recommencer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michelle Chevalier,  pour sourire un peu,  m’envoie ce texte

D’ADRIENNE GARNIER, UNE AUTEURE NORMANDE ET AMIE, NÉE EN 1935

 (et qui appartient à Poésie et Nouvelles en Normandie)

 

 

La mercerie de la tante Léa

 

Dans son échoppe de mercière

Là-dedans c'était le foutoir

Des rouleaux de tissu et puis derrière

Des canevas, des fils à broder

Des boîtes, des boutons ....à croquer !

Des chaussettes, des dentelles dans les tiroirs

Un embrouillamini de pelotes de laine

Comprimées des des sacs en papier

Elle fredonnait une rengaine

Tout en replaçant ses jolis mouchoirs

Frou-frou, frou-frou dans son jupon la femme...

 

Un démarcheur lui présentait la marchandise

Il avait plein ses valises

De canevas : œuvres connues ou inconnues

La Joconde, les danseuses de Degas, des nus,

Des tableaux de chasse avec biches aux abois

Des meutes de chiens hurlant dans les sous-bois...

Le tout avec des nuanciers de fils à broder

Dans des boîtes, bien rangées

ça chavirait complètement la tante

Alors elle fredonnait toute contente

Frou-frou, frou-frou

 

Lorsque le vendeur de lingerie

Lui découvrait sa collection

Enveloppée dans du papier de soie

Combinaisons, parures aux fines bretelles

Des bas agrémentés de magnifiques dentelles

Tante Léa, effleurant du bout des doigts

Pleins d'arthrose

La matière précieuse blanche ou rose

Couleur chair, satinée, ivoire

Fredonnait cet air qui traînait toujours dans sa mémoire

Frou-frou, frou-frou...

 

Un jour sans craindre le ridicule

le jeune homme "très commerçant" dit :

"Allons dans votre cuisine

Je vais les essayer pour vous ! "

Tante Léa, soixante-quinze ans, assista incrédule

à la transformation du vendeur un peu fou

En mannequin pour lingerie féminine

Elle gloussa entre ses dents

Frou-frou, frou-frou...

 

 

 

 

 

 

 

RENÉ LABELLE M’ENVOIE CE TEXTE DE

Moustapha Dahleb, la plus belle plume tchadienne,  qui a écrit :  

L'HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

 

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d'invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l'ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment. 

Ce que les grandes puissances occidentales n'ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, ...ce petit machin l'a obtenu (cessez-le-feu, trêve...). 

Ce que l'armée algérienne n'a pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (le Hirak a pris fin).

Ce que les opposants politiques n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (report des échéances électorales...).

Ce que les entreprises n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (remise d'impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d'investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques...).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée...). 

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu'ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n'est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d'une vie réussie. 

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité.  

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l'argent n'a aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus.  

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l'univers pour établir l'égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme. 

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour cloner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l'intelligence humaine face à la force du ciel.

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation. 

Il a suffi de quelques jours pour que l'Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge. 

Il a suffi de quelques jours pour que l'humanité prenne conscience qu'elle n'est que souffle et poussière. 

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l'évidence en attendant la providence. 

Interrogeons notre "humanité" dans cette "mondialité" à l'épreuve du coronavirus. 

Restons chez nous et méditons sur cette pandémie. 

Aimons-nous vivants !


 

BARBIER PHILIPPE Poète de Villabé

 

Je suis le poète  jardinier, le vieil arbre me salue de sa  branche

Bêchant, retournant, ratissant, les pages blanches

A l’aide de ma plume sergent major trempée dans l’encrier

Pour planter des graines de mots, je suis heureux comme un écolier

 J’arrose d’une encre violette ou pervenche, les lignes sur les pages en  étranges sillons

Afin qu’ils puissent donner au printemps, des textes beaux comme des papillons

Des nouveaux  poèmes, que nous lirons plus tard au coin de la cheminée le dimanche…

Je suis le poète  jardinier, le vieil arbre me salue à l’aide d’une branche.

 

 

 

 

 

 

 

 

MARY VALLETTE  

(Lyon- et  Ardèche maintenant)

 

 

Le ciel est épuré

Arrêt des activités

Nature exaucée

 

Quand la peur hésite

Le courage croît

Invente un autre futur

 

Cœur à l'ouvrage

Blouses blanches sans trêve

Subliment le courage

 

Chut ! Stop au vacarme

Assourdissant des médias

Ma pensée tricote

 

Tic-tac s'égrènent

Les heures studieuses

Du temps retrouvé

 

 

 

 

Courage

 

Du cœur à l'ouvrage au courage il n'y a qu'un pas,

Nos personnels soignants le franchisent hardiment.

Sans trêve et sans relâche auprès de leurs patients,

Ils soulagent leurs maux, accompagnent leur trépas.

 

À nos valeureux guerriers manquent des masques.

Fi de l'imprévoyance de nos technocrates

Qui sans vergogne se jouent du serment d'Hippocrate !

Ils compteront demain les victimes de leurs frasques.

 

Ce jour, point de procès, le combat fait rage,

L'heure est au confinement vital et solidaire.

Respect des consignes, pour tous c'est salutaire.

Et de nos frères d'armes soutenons le COURAGE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CE BEAU MESSAGE DE DOMINIQUE GODEFROY

 

 

 

 

 

 

 

 

Désolée Martial..je ne peux rien écrire d autre..
"Chaque sentinelle est responsable de l Empire".
Un ami m’ a envoyée cette magnifique pensée de St Exupéry....
Mais moi je pense aussi à cette autre "L homme est un loup pour l homme."
Dans cette période de crise intense,le plus beau et le plus sombre de l humanité se côtoient.
L homme est porteur des plus belles qualités de courage,d abnégation et de force,

mais aussi de lâcheté et de bêtise.
Une soignante sommée de déménager par peur de la contagion...bêtise...!!
Au contraire ce prêtre de 72 ans qui refuse le respirateur pour le laisser à une personne

plus jeune que lui...abnégation et courage!!!
Espoir que ce qui sortira de cette catastrophe sera une humanité meilleure...

les étoiles ne brillent que dans la nuit .

COURAGE

 

 

 

 

PIERRE EFFRARAS (Eure)

Je veux bien tout, moi, les opinions sur la vie, la mort, la maladie, la peur, la société, les blagounettes,

les informations du monde, les indispensables débats sur ce qu'il faudra faire après le Covid-19,

les nouvelles de celles et de ceux qui ne vont pas bien ou qui ont perdu des proches,

les suggestions santé, les idées originales pour occuper le temps, lire, se cultiver,

apprendre, les justes soutiens à nos personnels soignants

et à celles et à ceux qui sont sur le terrain au service de nous tou.te.s...

Si cela peut contribuer à (se) faire du bien,

pour moins s'en faire aussi,

 je prends et je vous en sais gré !

D'ailleurs, tiens, moi qui me gausse volontiers de Monsieur Smiley,

notre factotum jaunasse, je vous fais des coeurs

et même des licornes qui pètent des arc-en-ciel.

 (Tiens, voilà tiens, hop, sauf pour les licornes, actuellement en rupture de stock : 

👄💏🥰🦋🤪❤️💞)


En revanche, aux démarcheurs d'apocalypse, vendeurs de prières, esprits de muraille,

 colporteurs de Dessein Intelligent transis de repentir,

toubibs de rencontre qui ont reçu leur diplôme dans une boîte de Bonux,

fêlés du Complot, Petits Chimistes de comédie bouffe qui se prennent pour les Pasteur des temps modernes :

veuillez noter que j'appliquerai en ce qui me concerne une consigne de confinement total.

 
Ce sera tout pour aujourd'hui : je vous embrasse, les ami.e.s,

et je retourne à mes écritures.

 

 

 

 

 

KHAREN DELL’ARCIPRETE  

qui nous guida et nous amusa tant de fois dans les voyages de la Bella Italia avec Emilia, nous envoie cette carte postale triste, La neige est tombée, là où le soleil du printemps devait briller sur les monts et les plages…. des Abbruzes

 

24 mars 2020

 

Et la neige arriva aux portes du printemps optimiste

Pour faire taire le monde et ses cris

Et la neige arriva

Et les pensées sont devenues plus sombres

Et les chambres du cœur, plus froides

Et la neige arriva

Et la solitude devint tangible et glaciaire

Et la neige renvoya le soleil

Et recouvrit les champs et les fleurs

Les oiseaux ont disparu

Et l’homme est resté seul

Avec seulement

Ses cauchemars


 

 

 

CHRISTIAN 98   (un ami de Poésie et Nouvelles en Normandie)

 

 

 

Confiné ?

Non

Cocooné ?

Que la larve est laide !

Que le cocon est beau !

Que la soie est douyce !

 

FLAUBERT    via Anne Marie BLOIS (Canlorbe)

Je vous adresse ce petit texte de Flaubert. Hélas, nous ne sommes pas les premiers à souffrir du confinement.

 

FLAUBERT EN QUARANTAINE


 
 «Nous sommes en ce moment en suspicion de choléra parce que le paquebot qui nous a amenés d’Alexandrie ici avait touché à Malte et qu’à Malte quinze jours auparavant il y avait eu deux cas de choléra. Conséquemment nous sommes claquemurés dans une presqu’île et gardés à vue – L’appartement dans lequel je t’écris n’a ni chaises ni divans ni table ni meubles ni carreaux aux fenêtres – on fait même petit besoin par la place des carreaux des dites fenêtres, détail que tu trouveras peut-être superflu, mais qui ajoute à la couleur locale – il n’y a rien de plus drôle que de voir nos gardiens qui communiquent avec nous à l’aide d’une perche, font des sauts de mouton pour nous éviter quand nous les approchons, et reçoivent notre argent dans une écuelle remplie d’eau – Hier au soir, Sassetti a manqué faire à l’un d’eux dégringoler l’escalier à grands coups de pied dans le bas des reins – Pour nous purifier cet imbécile était venu nous empester avec des fumigations de soufre. Notre malheureux groom était déjà presque asphyxié et toussait comme cent diables enrhumés – Quand on veut leur faire des peurs atroces, on n’a qu’à les menacer de les embrasser – ils pâlissent – En résumé quoique nous soyons présentement dans un local de nom funèbre nous rions beaucoup – d’ailleurs nous avons sous les yeux un des panoramas comme on dit en style pittoresque des plus splendides du monde – la mer bleue comme de l’eau d’indigo bat les pieds du rocher sur lequel nous sommes huchés. Elle est si transparente que lorsqu’on descend au bord, on voit dans l'eau nager les poissons, et remuer au fond les grandes herbes et les varechs qui s’inclinent et se redressent au mouvement des vagues.»


(Lettre de Flaubert à Olympe Bonenfant, Du lazaret de Beyrouth, 23 juillet 1850.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MONIQUE MAYNADIER   PARIS

Ma sœur m’envoie cette fois un texte d’elle :

 

                Couleurs des temps

 

 

La peur est bleue,

 

Noire est la colère.

 

« Le petit Cheval, dans le mauvais temps,

Qu’il avait donc du courage.

C’était un petit cheval blanc »,

Dit la chanson.

Le courage est blanc.

 

Le temps est sans couleur, transparent, les chagrins le traversent.

 

J’ai dans la tête cette autre chanson qui faisait pleurer ma mère :

Les roses blanches,

Je ne peux l'entendre, ni même la lire,

Sans que des larmes n’emplissent mes yeux.

 

« Il est facile d’avoir du courage quand on n’a pas le choix »

Dit le proverbe.

 

Qu’en pense le petit cheval ?

 

« Quel courage il faut, à certains moments, pour choisir la vie ! »

Dit le poète.

 

Il en faut du courage, pour mettre un blanc sur les larmes,

Pour passer le chagrin à l’eau de javel,

Et dans son cœur saignant,

Enfermer sa peur bleue,

Sa colère noire.

                                                                                               

 

                                                                                               Monique Maynadier

 

 

 

 

 

 

 

 

ZAHIA DEBBAH   EVREUX

Journal de l'an zéro

Le rire des étoiles

 

Évreux, vendredi 20 mars 

 

 

Toucher d'un doigt soyeux ce qui semble infime aux yeux des agités et des agitateurs. Juste une brindille d'herbe gorgée de vie qui fend l'asphalte. Juste l'inspire et l'expire qui s'amplifie parce que je me sens vivante, juste vivante. Me nourrir de ce savoir intime de la vie qui imprègne toute chose.

Ce savoir qui me fait dire que je suis cette brindille d'herbe, je suis ce nuage dansant aux quatre vents... Je suis cet oiseau enchanteur qui salue en premier, l'aube. Je suis ce passant pressé vers sa destination parce que l'heure est grave. Je suis cet instant qui se déploie à l'infini... Je savoure ce silence cosmique inouï et inattendu. Je suis la vie déployée en un arc-en-ciel.

Le courage pour moi, c'est de sortir de ma zone de confort et d'aller surfer sur les vagues de l'inconnu. Le courage qui m'anime c'est de vibrer sur ma propre musique, ne pas chercher à « être semblable », à faire à « l'identique », à m'abreuver du « similaire » parce que les autres disent que c'est bien ! Et parce que j'ai peur de ce que les autres vont penser.

Le courage qui me fait vibrer c'est de me réapproprier ma grandeur pour être moi-même...

Quels que soient les ricanements des apprentis-sorciers qui veulent nous fondre dans le moule du conformisme, du formatage, du conditionnement, de la bienséance, du normal.

Et soudain, une étincelle qui jaillit des tréfonds de mon inconscience :

Je ne fais qu'un avec le TOUT qui m'entoure. Je ne fais qu'un avec le VIVANT. Je retrouve mon innocence, ma joie, mon émerveillement, cachés sous les décombres du superflu, de l'inutile, du futile.

 

« Puisse un jour que les êtres ne doutent plus de leur pouvoir et osent l'agrandir jusqu'aux rires des étoiles. »                                                                      

                                                                                                Jacques SALOMÉ, Le courage d'être soi 

 

 

 A suivre …..

 

 

 

 

 

*********************** PROGRAMME DEBUT 2020 **********************

 

LE PARC (Pont des Arts et

Rencontres Culturelles -Blanche Maynadier) 

programme début 2020

Pour toute précision et inscription aux ateliers

m.maynadier @free.fr ou tel 0626830160

  *

Mardi 7 janvier :   - 17 H30 Atelier puis  19H Galette  Glisolles

Jeudi 16 janvier : Evreux : 20H15 Le Maitre et Marguerite de Boulgakov (l’INTEGRALE)

Film : Épisodes 1 et 2  fin 22H15 

Vendredi 17 janvier :  17H 30 Atelier Evreux  19H Lecture partagée :

(HUYSMANS -  LA RETRAITE de Mr Bougran) et petite collation

Samedi 25 janvier: Evreux 15 Heures  Chez COUSSENS , rue de GRENOBLE

CAFE POETIQUE   CAFÉ DES PEINTRES

Jeudi 30 janvier : Evreux : 20H15 Le Maitre et Marguerite Boulgakov (l’INTEGRALE)

Film : Épisodes 3 et 4,  fin 22H15 

*

Jeudi 6 février : Evreux : 20H15 Le Maitre et Marguerite Boulgakov (l’INTEGRALE)

Film : Épisodes 5 et 6,  fin 22H15 

Vendredi 7 février : 17H30 Atelier Evreux  suivi à 19H30  lecture partagée

(ERI DE LUCA, Sur la trace de Nives) et petite collation

Mardi 11 février : -17H30  Atelier Glisolles

Jeudi 13 février : Evreux : 20H15 Le Maitre et Marguerite Boulgakov (l’INTEGRALE)

Film : Épisodes 7 et 8,  fin 22H15 

Samedi 29 février : Evreux 15H30 LONDON PUB

CAFÉ POÉTIQUE  LE THEATRE EN VERS

*

Jeudi 5 mars : Evreux : 20H15 Le Maitre et Marguerite Boulgakov (l’INTEGRALE)

Film : Épisodes 9 et 10,  fin 22H15 

Mardi 10 mars – 17H30 Atelier Glisolles suivi  19H30 Lecture partagée :

( Melville : Bartelby) et petite collation

Vendredi 20 mars – 17H30  Atelier Evreux

Samedi 28 mars :  EVREUX  15H À l’Hôtel Normandie  (avec venue de Thierry Sajat)

CAFE RENCONTRE « PARIS- NORMANDIE »

 

 

 

Perspectives :

-         4 et 5 avril   Salons du livre  aux  Andelys et à Henouville (présence du parc)

-          Dimanche 17 mai une JOURNEE des auteurs du PARC à Reuilly

-          Du 10 au 14 juin   Marché de la Poésie Saint Sulpice Paris

-          Et  Fin juillet 2020 Une semaine de Stage dans le Tarn à Castelnau de Montmiral

POUR VOIR LES LIVRES DU PARC CLIQUEZ SUR LES SECTIONS DANS LE MENU

PROGRAMME FIN D'ANNEE 2019

Programme : Pont des Arts

et des Rencontres Culturelles – Blanche Maynadier

 Le Parc

Fin d’année 2019

 

CONTACT ET RENSEIGNEMENTS : ( Mail m.maynadier@free.fr  tel 0626830160)

Le site : http://collectionleparc.123siteweb.fr/ présente l'association

et les livres des auteurs publiés par la COLLECTION LE PARC créée fin 2013

 

Le Parc entretient un partenariat avec Slavyanochka et des échanges et rencontres avec diverses associations poétiques ou culturelles, en particulier Poésie et Nouvelles en Normandie, à Pont-Audemer, les Poètes de Montmartre, qui se réunissent tous les premier jeudi matin de chaque mois, l’Académie de la Poésie Française, qui se réunit tous les deuxièmes mercredis après-midi au François Coppée (Montparnasse), Europoésie etc…

Les lieux précis des ateliers et des lectures sont communiqués aux adhérents intéressés. 

 

7 et 8 septembre Forum des association

Vendredi 13 septembre Atelier 17H30 EVREUX

Vendredi 20 septembre Atelier 17H30 MELLEVILLE

Dimanche 22 septembre PONT AUDEMER les 20 ans « poésie et nouvelles en Normandie »

 

Vendredi 4 octobre  ASSEMBLEE GENERALE, EVREUX 17H30

Suivie d’une petite collation - puis LECTURE récit de Jack LONDON

Samedi 12 octobre 15H à Paris Maison des délices Rue Traversière

Europoésie propose un récital Janine Germa, auteur collection le Parc (Chanson Française)

Dimanche 13 octobre LA SORTIE PARIS EDITH PIAF REMISE A UNE DATE ULTERIEURE

Mardi 15 octobre Atelier 17H30 Glisolles

Samedi 19 octobre Café Poétique  15H-17H30

« LA CHANSON FRANÇAISE » London-Pub

Vendredi 25 octobre Atelier17H30 EVREUX

 -petite collation puis LECTURE- La preuve de l’existence de Dieu Vincent Delecroix

 

Samedi 9 novembre CAFE DES AUTEURS avec des écrivains invités 15H-17H30 Evreux,  Hôtel de Normandie

Vendredi 15 novembre Atelier 17H30 Melleville

Mardi 19 novembre Atelier EVREUX petite collation puis LECTURE

Epictète « De l’attitude envers les Tyrans »

Samedi 30 novembre  CONCERT DES BRIGANDS à NORMANVILLE

 

Vendredi 6 décembre Atelier 17H

Samedi 7 décembre CAFE POETIQUE/ le Slam (contact Principe Actif)

Mardi 17 décembre Atelier 17H - petite collation puis LECTURE :

Judith Perrignon  C’était mon frère. (Théo et Vincent Van Gogh )